Archives

04/12/2015

Les réponses des candidats sur 2 thèmes : la communauté unique et le statut territorial de l'euskara

Voici le résumé des réponses reçues des candidats sur deux thèmes : l'intercommunalité du Pays Basque et un Statut Territorial de l'euskara

rss Ezagutzera eman
Les réponses des candidats sur 2 thèmes : la communauté unique et le statut territorial de l'euskara

TELECHARGER LA PHOTO

- l’intercommunalité du Pays Basque

Debout la France est en désaccord avec cette proposition :  « un EPCI pour le Pays basque serait un recul démocratique » avec une côte urbaine qui sortirait renforcée et un milieu rural affaibli, alors que l’organisation actuelle en intercommunalités assurerait cet équilibre urbain/rural. 

Le PS-PRG,  les Républicains et ses alliés, EELV et Nouvelle Donne laissent le soin aux élus basques et aux Basques de décider de l’avenir de cette institution. Le PS-PRG rappelle que « cette question de la fusion des intercommunalités relève du choix souverain des élus municipaux du Pays Basque » tout en soulignant que les colistiers dans les Pyrénées-Atlantiques « se sont prononcés à l’unanimité pour la création d’un EPCI unique (tant les Basques que les Béarnais) tandis que la Fédération départementale du Parti socialiste, à la quasi-unanimité, s’est exprimée dans le même sens ».

Les Républicains et ses alliés affirment : « la décision de créer ou non la Communauté unique du Pays Basque appartient aux Basques».

Pour EELV : « les militants du Pays Basque se mobilisent de longue date pour une institution spécifique du Pays Basque … Ce sont les habitants du territoire qui décident de l'avenir de leur territoire, aussi nous nous alignons derrière leur revendication ». Pour Nouvelle Donne, « les Basques décideront s'ils veulent la réalisation de la communauté unique ».

- Statut territorial de l’euskara

Cette piste de travail est soutenue par la liste des Républicains et ses alliés. Le PS-PRG fait de la Charte Européenne des langues régionales, un préalable à ce Statut territorial.

Pour Debout la France: « Nous sommes favorables au soutien de la langue basque et des autres langues régionales … Cependant nous ne sommes pas favorables à une co-officialisation des langues régionales qui aurait pour conséquence un affaiblissement du français en cours ».

Virginie Calmels, tête de liste des Républicains déclare : «  Je suis également favorable à l’instauration d’un statut territorial de l’euskara ».

Le PS-PRG déplore qu’ « un cadre juridique plus sécurisant ne puisse être assuré du fait du blocage de la majorité actuelle du Sénat qui se refuse à modifier la Constitution de notre République, préalable à la mise en œuvre des possibilités ouvertes par la Charte européenne des langues régionales dont celle d’un « statut territorial » de l’euskara ».

EELV soutient «  le Pays Basque dans sa demande de délégation de compétence à l'EPCI en matière de politique linguistique et culturelle pour l’Euskara ».

Enfin, Nouvelle Donne prétend que : « sur la Charte des langues régionales, je pense que l'Etat français ne prendrait aucun risque à y pêcher les 35 mesures nécessaires à sa signature, et ce ne serait que justice ici où l'euskara est réellement et quotidiennement parlé, ce qui n'est pas le cas de toutes les langues régionales ».

Points de Vente
Aberri Eguna 2017