Archives

03/06/2016

EAJ-PNB dédie son prochain Lema Eguna, à l'euskara, le 8 juin prochain à Hazparne

Pako Arizmendi, président de l'Ipar Buru Batzar, invite tous les euskaltzales des deux côtés de la frontière à participer à une conférence pour promouvoir la préservation et la promotion de notre langue.

rss Ezagutzera eman
EAJ-PNB dédie son prochain Lema Eguna, à l'euskara, le 8 juin prochain à Hazparne

TELECHARGER LA PHOTO

Le deuxième Lema Eguna de cette année, organisé par EAJ-PNB se tiendra le 8 Juin prochain, à Hazparne. Il s’agira d’une conférence-débat, ouverte à tous. Elle sera dédiée à la préservation et la promotion de l'euskara en Iparralde.

Une conférence avec traduction simultanée, sur la protection légale de l'euskara sera animée par le journalise Franck Dolosor. A l’issue du débat, les personnes seront invitées à déguster des pintxos.

Les participants à cette conférence-débat seront Beñat Inchauspe, maire de Hazparne qui ouvrira cette soirée ; Patxi Baztarrika, vice-conseiller de la Politique linguistique du Gouvernement basque; Itxaro Bethart, porte-parole d'EAJ-PNB, en charge de l’euskara; et enfin, Eneritz Zabaleta, universitaire en Droit public. De plus, cette conférence-débat comptera avec les témoignages visuels d'Erramun Bachoc, sociolinguiste; Mathieu Bergé, responsable de l'OPLB; Thierry Delobel, président d'Ikas-bi; Paxkal Indo, président de Seaska; Irene Noriega, membre du Conseil d'Administration d'Euskal Haziak; et Andres Urrutia, président de l’Académie Basque, Euskaltzaindia.

Pako Arizmendi, le président de l'Ipar Buru Batzar d'EAJ-PNB appelle tous les euskaltzales à assister à cet acte qui aura lieu au cinéma Haritz Barne, à Hasparren, le 8 juin prochain à 19h00. Un acte qui, aux dires du dirigeant jeltzale, a pour objectif de "débattre sur le besoin de créer un mécanisme spécifique pour offrir une couverture légale à l'euskera". M. Arizmendi signale que " durant ces dernières années, en France, on a régulièrement débattu du besoin de protéger les langues régionales ou minoritaires. Suite à une première reconnaissance constitutionnelle, la ratification de la Charte européenne a été engagée sans résultat positif. Durant le débat, et après analyse de la situation de l'euskara en Iparralde, nous mettrons en valeur la nécessité pour l'euskara d’être soutenu sur le plan légal Il n’y aura de récupération linguistique que si l’euskara bénéficie d’une protection légale, comme  on le voit en Israël, au Québec, en Catalogne et en Pays Basque sud».

Points de Vente