Valeurs

Une devise surprenante!

rss Ezagutzera eman

Depuis sa création en 1895, EAJ-PNB signifie en euskara : EAJ, Euzko Alderdi Jeltzalea, le Parti Basque des sympathisants du JEL (Jaungoikoa Eta Lege zaharra : Dieu et la Loi ancienne ou Coutumière). Le drapeau basque ou ikurriña est la transcription graphique du JEL. En plus d’un siècle, le sens de cette devise a beaucoup évolué. EAJ-PNB est aujourd’hui un Parti Démocrate et Abertzale. Pourquoi?

La personne au centre

Une démocratie (en grec, demos : le peuple kratos : pouvoir) est le seul système politique basé sur la confiance en chaque citoyen, en leur accordant le droit de vote. EAJ-PNB défend l'ambition d’une société démocrate, basée sur la confiance en la personne humaine, en la diversité de ses choix et de ses situations. Cela signifie:

  • La personne au centre de l’action publique, pour la soutenir, l’impliquer dans la société, dans le respect de sa dignité et des droits fondamentaux
  • Un pouvoir au service de la personne, donc décentralisé, participatif, transparent et pragmatique
  • Une société riche de la diversité des spécificités sociales, culturelles, religieuses ou sexuelles de chaque être humain

Cette vision démocrate découle d’un humanisme politique chrétien promouvant la liberté, la responsabilité et la solidarité. C’est l’évolution du Jaungoikoa (Dieu), la croix blanche du drapeau basque. Devenu aconfessionnel en 1977, EAJ-PNB n’est plus lié à une religion et garantit la diversité des croyances.

Les autres mouvements politiques, pour une société démocrate?

Le pouvoir central français néglige les spécificités humaines au nom de l’Egalité.
Les partis de droite tiennent avant tout à conserver ou à retrouver des valeurs traditionnelles. Ils sont attachés à des traditions nationale, religieuse, à des institutions comme la famille, à des normes comme le mariage hétérosexuel ou à un ordre économique libéral. Ils craignent les changements. La personne est naturellement libre et responsable de ces actes. L’Etat est le garant du maintien ou du retour à ces traditions.

Les partis de gauche défendent le changement dans le progrès social. Ils voient la société de façon conflictuelle entre classes dominantes et dominées. Ce progrès revient à réduire les inégalités, les injustices. La personne est avant tout façonnée par la société et doit s’émanciper. L’Etat est garant de ce changement.
La Gauche abertzale s’inscrit dans une gauche anti-libérale, issu d’idéologies importées, négligeant la tradition vivante du Pays Basque.

Nous dépassons ce clivage gauche-droite. Chaque être humain aspire plus ou moins, à la liberté, à l’égalité et à la solidarité. Chacun aspire plus ou moins à conserver et à bouger. Nous nous centrons sur les besoins, les aspirations des personnes et des groupes de personnes, leurs projets et leurs déficiences. Notre démarche est nécessairement pragmatique, sans système préétabli. Cette capacité à se centrer sur les personnes est pour nous le moteur du progrès.

Une nation diverse ouverte

Les abertzale ou patriotes s’identifient à Euskadi, la nation ou patrie basque (aberria). Cette nation est un peuple en droit de maîtriser son destin. Sabino Arana Goiri fut le premier à affirmer : « Euzkotarren aberria Euzkadi da » « Euzkadi est la patrie des Basques » Ces Basques euskotars, bascophones ou non, sont attachés à la langue, à la culture et à un état d’esprit basque, quelle que soit leur origine.

L’abertzale défend aussi un avenir prometteur, basé sur nos spécificités, nos ressources humaines, nos savoirs faire, nos produits, nos paysages … Ce projet est le meilleur pour l’ensemble des habitants de ce pays, pour les citoyens basques ou euskal hiritar. Les citoyens sont égaux en droit et en devoir. Quel que soit son sentiment identitaire, chacun participe à sa façon à la vie de ce territoire et doit être respecté. En tant que démocrate, la diversité est pour nous un bien précieux.

Un esprit basque des lois

La maîtrise d'un destin commun suppose une capacité à nous gouverner dans un cadre européen. Nous sommes attachés à un esprit basque des lois, basé sur deux piliers: la culture du Pacte et une action collective.

  • La culture du pacte ou du contrat, marquée par le dicton fondamental du respect de la parole donnée: « hitza hitz ». Le système basque reposait sur l’accord entre les maîtres de maison (etxeko jauna edo anderea). Cet accord avait également lieu entre voisins (auzo lana : travail entre voisins) et au niveau municipal et « provincial ». Les Basques de chaque territoire ont accepté les pouvoirs espagnol et français, lorsqu’ils respectaient leurs libertés collectives.
  • Une action collective. Les personnes doivent respecter des biens d’intérêt collectif, même s’ils en sont propriétaires. L’exemple central est celui de l’etxe, la maison qui se transmettait de génération en génération, comme une suite de la lignée familiale. Les personnes ont un héritage commun à transmettre. Ils sont responsables de ces biens. Cela favorise l’action collective. Le Pays basque est ainsi devenu la terre européenne des coopératives. Dans ce sens, être Basque, c’est être aussi pour le développement durable, la planète étant une « etxe globale »!

Le Lege Zaharra ou loi traditionnelle, coutumière s’inscrit dans cette logique. La croix verte du drapeau basque ou croix de St André représente le Lege Zaharra. Elle remémore une bataille gagnée par les Biscayens contre les Castillans, pour défendre leurs libertés, un jour de St André. La couleur verte rappelle également le chêne de Gernika, symbole des libertés biscayennes et basques.
Ce Lege Zaharra n’est pas traditionnaliste. Il faut construire l’avenir, en interrogeant notre état d’esprit, en fonction du monde actuel. Sabino Arana Goiri résuma cela : « atzokoan finkatuz, gaur biharkoa eraikiz », « construire l’avenir aujourd’hui, en se basant sur le passé ».

Basques et Européens!

La nation basque, symbolisée par la devise du Zazpiak-Bat (les sept en un) est une fédération de 7 territoires historiques. Notre culture du Pacte, du fédéralisme, notre participation directe à la création du projet européen et l’idéal de paix et de prospérité sont les raisons de notre engagement pro-européen, dès les années 30.

Points de Vente