Archives

15/03/2024

Jean Tellechea : « Les Basques sont européens par essence » (I)

Jean Tellechea est candidat aux élections européennes. Il présente la liste pro-européenne, soutenue par EAJ-PNB.

rss Ezagutzera eman
Jean Tellechea : « Les Basques sont européens par essence » (I)

TELECHARGER LA PHOTO

Elle défendra une Europe forte protectrice en soutien des territoires, impulsant la transition écologique. Celle-ci doit être vécue positivement pour qu’elle réussisse. L’entretien est paru dans la Semaine du Pays Basque, vendredi dernier. 

Vous êtes donc 9e sur liste Ecologie positive et territoires pour les élections européennes. Qu’est-ce que cette liste car même si elle est « écologiste », elle n’a rien à voir avec EELV ? 

Cette liste est d’abord le fruit d’un gros travail de rencontres et de prospection depuis 18 mois.

Lors des 3 dernières élections européennes, EAJ s’était présenté 2 fois avec une liste propre mais, à l’époque, dans une circonscription régionale. Lorsque Emmanuel Macron a été élu président de la République, il a créé une circonscription unique en France. Nous avons alors été obligés de nous réunir au sein d’un groupe de partis régionalistes (RPS, Régions et Peuples Solidaires) et de nous greffer à EELV, pour avoir une présence à l’échelle de l’Etat français. Cette greffe n’a pas prise : nos revendications ont été transparentes ; EELV est un bon parti français qui décide tout à Paris et qui n’a pas du tout l’esprit fédéraliste. 

Pour ces élections de 2024, nous avions à cœur de peser dans le débat avec des revendications pro-européennes, régionalistes et une écologie de projets. Nous avons travaillé avec les partis de la Fédération des Pays Unis (FPU), autre fédération régionaliste, pour rencontrer des écologistes indépendants et des mouvements citoyens modérés.

La liste Ecologie Positive & Territoires est alors née et s’appuie sur un juste équilibre entre ces 3 tendances.

L’Union Européenne est critiquée aujourd’hui, non pas par sa légitimité, mais par la distance qu’elle a aujourd’hui avec ses administrés et avec les réalités. Il était nécessaire, dans notre projet de liste, de repartir du citoyen, du territoire, pour penser l’Europe.

 

« Nous serons présents à cette élection avec au moins 3 candidats basques dans notre liste »

 

Vous trouverez sur la liste, des candidats de CAP21 et une marraine active Corinne Lepage qui a souvent défendu le Pays basque, le porte-parole de 100% CITOYENS, Eric Lafond, le Président de FPU, le gersois Jean Luc Davezac, et la tête de liste Yann Werhling, ancien porte-parole puis secrétaire général du MODEM, et président d’ECOLOGIE POSITIVE. Il est aussi Vice-Président de la Région Ile de France, en charge de la transition écologique. Vous trouverez entre 20 et 30 candidats bretons, occitans, lorrains, provençaux … et basques. Connaissez-vous une autre liste qui soutienne l’Union Européenne, avec autant de colistiers issus des territoires français ?

Nous serons présents à cette élection avec au moins 3 candidats basques dans notre liste, pour défendre les intérêts d’Iparralde, mais également d’Euskadi et de la Navarre, dans cette élection. Et je serai effectivement le 9ième de cette liste. Nous travaillons quotidiennement avec chacun des membres du comité de pilotage.

 

Quels sont les grands points que vous souhaitez défendre dans cette élection ?

 

Nous allons défendre une position pro européenne. Rien d’étonnant pour une élection européenne ? Et pourtant les sondages mettent le RN (Rassemblement National) parti anti européen, en tête. Comment peut-on accepter que ce parti qui cumule de graves erreurs de prises de positions politiques et géopolitiques, puissent représenter la France au Parlement Européen ? Ils ont été les défenseurs du Frexit ; regardez la situation économique et sociale de la Grande Bretagne depuis leur retrait de l’Union.

« Nous défendons 2 piliers démocratiques : l’échelon européen protecteur et l’échelon territorial de la proximité »

Ils ont été les amis du dictateur russe Vladimir Poutine, responsable des massacres depuis 2 ans en territoires ukrainiens et peut être sur d’autres sols européens, si ses menaces se réalisent. En tout cas, au Pays basque, il n’est pas question de laisser le champ libre à ce parti. Notre bassin de vie est naturellement européen, à cheval entre les Etats français et espagnol.

Les Basques sont européens par essence. Non par naissance (rire) !

Nous défendons 2 piliers démocratiques : l’échelon européen protecteur et l’échelon territorial de la proximité, en lien direct avec les citoyens et les porteurs d’initiatives.

 

Une Europe avec des protections sociales et environnementales liées à la prospérité économique. Pour cela, nous avons besoin d’un budget accru, de politiques fiscales et réglementaires harmonisées entre les Etats membres. Cela évitera les concurrences déloyales destructrices, au sein de l’Union Européenne, en particulier, dans l’agriculture. C’est un des grands thèmes de la contestation actuelle.

Une Europe protectrice parce que puissante. Une Europe de la Défense et de la Diplomatie, pour continuer à garantir la paix, face à la menace russe et celle des autres régimes autoritaires et dictatoriaux. Une Diplomatie européenne qui régulera les flux migratoires et coopérera avec les pays d’origine. Elle doit également protéger les entreprises européennes dans les accords de commerces, sur toute concurrence étrangère, en étant intransigeante sur les normes sociales et environnementales, afin de lutter de surcroît contre les pratiques abusives, l’exploitation des personnes, les ressources naturelles ou des conditions de travail indignes.

 

Une Europe des territoires, en renforçant les rôles et les pouvoirs des territoires pour répondre en priorité au défi climatique, grâce aux ressources et spécificités locales. Nous avons besoin de pouvoirs locaux décentralisés, aidés par l’Europe, pour soutenir les acteurs privés et publics, engagés dans les énergies renouvelables ou dans les mobilités durables, par exemple. Le Pays Basque nord, maritime, riche en forêts et en élevage dispose des ressources spécifiques pour développer de façon pérenne, le solaire, le bois énergie, les énergies marines, la géothermie ou la méthanisation. Les mobilités durables, c’est la réponse sur la côte basque aux embouteillages, aux difficultés de circulation et à une des sources majeures de pollution atmosphérique et de dérèglement climatique.

 

Entretien paru dans la Semaine du Pays Basque n°1570, du 08 au 14 Mars 2024

PDE-EDP
Manifeste électoral du Parti Démocrate européen