Archives

15/03/2024

Jean Tellechea : « A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles » (IV)

Jean prĂ©sente l‘analyse d‘EAJ-PNB sur un thĂšme clĂ© du Pays Basque nord, celui du logement, Ă  partir de la rĂ©alitĂ© Ă©conomique de notre territoire.

rss Ezagutzera eman
Jean Tellechea : « A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles » (IV)

TELECHARGER LA PHOTO

L’un des vieux slogans basques était « vivre et travailler au pays ». Alors autrefois, c’était un slogan qui visait le développement économique pour éviter de voir la jeunesse partir vers les grandes métropoles. Aujourd'hui, le souci, c’est plus celui de se loger. Quelles sont vos propositions pour aider à ce logement au Pays Basque ?

 

« La spécialisation de l’emploi local entretenu par la saisonnalité de l’industrie touristique et des services trop peu rémunérateurs mettent en situation de précarité les personnes qui souhaitent se loger, en particulier les plus jeunes »

 

C’était surtout un slogan des différents mouvements régionalistes et de syndicats comme la CFDT, en France et en Europe dans les années 1970, pas uniquement au Pays basque. Mais oui, aujourd’hui, il y a un véritable danger pour notre jeunesse qui souffre de ne pas trouver sa place. La spécialisation de l’emploi local entretenu par la saisonnalité de l’industrie touristique et des services trop peu rémunérateurs mettent en situation de précarité les personnes qui souhaitent se loger, en particulier les plus jeunes. Il est difficile pour nos jeunes de trouver leur place et il ne faudrait pas qu’une tendance à la radicalisation n’aboutisse à des actes violents. Un des moyens d’éviter ce danger est de leur offrir une place dans la société. Cela passe par des études, un emploi, un logement. Sans réflexion globale avec les différents acteurs de ces secteurs, ce sera difficile d’imaginer trouver des solutions.

Depuis 2021, EAJ-PNB a entrepris une réflexion collective sur ce sujet. Nous avons réuni près de 20 acteurs du logement du Pays basque pour envisager des solutions concrètes capables de répondre aux préoccupations actuelles. De ces échanges, il est ressorti la nécessité d’un engagement fort de la part des pouvoirs publics. Le règlement encadrant le développement des meublés de tourisme a été voté sur 24 communes. Cela avance un peu mais il faut aller beaucoup plus loin. Le constat est connu : ce territoire attire beaucoup de monde. Cela se traduit par le prix élevé des loyers, le prix inabordable des achats de logement et leurs conséquences : difficultés de recrutement pour les employeurs, problèmes de mobilité, conséquences environnementales et plus largement qualité de vie dégradée.

 

« Dans son projet « innover pour se loger », EAJ-PNB défend une ambition et 3 priorités »

 

Dans son projet « innover pour se loger », EAJ-PNB défend une ambition et 3 priorités. L’ambition : loger celles et ceux qui résident ou souhaitent résider de façon durable dans ce territoire. Nous avons besoin de nouvelles compétences mais pas de spéculateurs. Les 3 priorités : réguler les prix du marché immobilier, alors qu’actuellement près de 80% des ménages locaux sont exclus de propriété, optimiser, utiliser au mieux le parc existant et enfin mettre en place des structures pour répondre à ces défis. La régulation des prix passe par un très fort volontarisme politique. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Nous proposons une taxe anti-spéculative, la limitation des résidences secondaires pour que tout nouvel achat soit destiné à de la résidence principale, … Seules des mesures régulatrices fortes seront efficaces. EAJ-PNB a proposé près de 20 mesures qui répondent à notre ambition et à ces priorités. Vous pouvez les lire sur notre site Internet

 

 

Et en ce qui concerne le volet « travailler au pays » ? On sait que vous prenez position régulièrement pour le développement et le dynamisme économique du Pays Basque. Mais est-ce que ce dynamisme est en danger ?

Evidemment, nous le constatons : les entreprises locales ont du mal à recruter, notamment face aux difficultés de logement. Quand vous êtes une entreprise, il est difficile également pour vous, de vous installer. Les zones d’activité sont trop petites et trop rares.

Nous écoutons avec attention la réaction du Président de la CCI de Bayonne et du Pays basque face à la hausse de la fiscalité des entreprises annoncée par la Communauté d’Agglomération. La concentration de notre activité économique autour du tourisme et des services rend forcément les conditions difficiles pour les industries productives, et les entreprises innovantes… Mais les visions dogmatiques de certains abertzale pour qui le combat « travailler au Pays basque », n’en n’est plus un, est inquiétant et préjudiciable.

J’ai d’ailleurs quelques accrochages à Urrugne à ce sujet.

J’ai évoqué tout à l’heure, l’enjeu pour notre société de voir notre économie évoluer vers une économie à visée régénérative. C’est un sujet dont l’impact est important, et les modalités de changement sont à créer. Avec EAJ PNB nous y travaillons déjà.

 

Entretien paru dans la Semaine du Pays Basque n°1570, du 08 au 14 Mars 2024

PDE-EDP
Manifeste électoral du Parti Démocrate européen