Archives

06/05/2024

EAJ-PNB : C’est tous ensemble qu’il faut protéger les femmes !

EAJ-PNB dénonce avec la plus grande clarté et la plus grande fermeté toutes les formes de violences qui sont faites aux femmes.

rss Ezagutzera eman
EAJ-PNB : C’est tous ensemble qu’il faut protéger les femmes !

TELECHARGER LA PHOTO

Le crime odieux perpétré vendredi 3 mai démontre à quel point les femmes continuent d’être fragilisées dans la société actuelle : quand s’ajoutent au quotidien précarité, drogue, instabilité et errance, la vie des femmes est en danger immédiat. Dimanche 5 mai, le procureur de la République de Bayonne a tenu une conférence de presse sur le meurtre d’une jeune femme dans un hôtel de Saint-Jean-de-Luz. Ce nouvel assassinat doit nous alerter sur cette réalité qui gangrène notre société. En 2022, 118 femmes sont décédées à la suite de violences conjugales, 267 femmes ont été victimes d’une tentative de meurtre ; Tous les trois jours, une femme a été victime de féminicide par son conjoint ou son ex-conjoint ; Pour un tiers de ces femmes assassinées, elles avaient déjà connu une forme de violences au sein du couple. Dans les Pyrénées atlantiques, elles sont 406 femmes à avoir été victimes de violences conjugales. Même si ces dernières années, le cadre législatif a évolué et que la prise de conscience s’est étendue avec l’apparition de termes explicites tels que « féminicide », « violence de genre » ou la notion d’emprise, cela reste insuffisant ! Nous devons tous rester attentif face à ces situations en prenant soin de nos proches, de nos voisins, de ceux que nous croisons ou sur ceux sur qui nous n’avons pas forcément l’habitude d’attarder notre regard… Nous devons connaitre les institutions qui peuvent aider face à ces dérives et continuer à les soutenir.

EAJ-PNB affirme et revendique, avec la plus grande fermeté, son engagement en faveur d’une société sans violence. En tant que parti politique c’est-à-dire en tant qu’acteur social de changement sociétal, EAJ-PNB est conscient du travail qui reste à accomplir pour parvenir à une société plus juste et égalitaire. Face à de tels faits divers, plus ou moins médiatisés, nous n’aurons jamais fait tout ce qui est nécessaire, tout ce qui est en notre pouvoir, tant qu’une seule femme souffrira de violence et de discrimination. Pour cela, nous devons associer toutes les personnes, toutes les institutions locales, nationales... derrière cette cause collective. L’enquête VRS publiée en décembre 2023 montre que « Plus de 117 000 mis en cause ont été impliqués dans des affaires de violences au sein du couple traitées par les parquets en 2022. Les hommes représentent 87 % de ces mis en cause. Sur 37 800 personnes condamnées en 2022 pour des violences au sein du couple, 94% étaient des hommes. Près de 50 000 personnes ont été mises en cause dans des affaires de violences sexuelles traitées par les parquets en 2022. 7 500 personnes ont été condamnées. 99 % étaient des hommes. Enfin, plus d’une victime sur deux de violences sexuelles est mineure. Parmi elles, 83 % sont des filles ». C’est donc bien à chacun d’entre nous de rester vigilant face aux mécanismes de l’emprise. Nous avons besoin d’une société en éveil face aux violences faites aux femmes en particulier pour pouvoir l’éradiquer. En Pays basque nord, des institutions existent pour répondre aux situations les plus urgentes : Le Centre hospitalier de la Côte basque et son Unité de victimologie, l’association Atherbea, les services de police et de gendarmerie… En lien avec le Centre Intercommunal d’Action Sociale, la Communauté Pays basque accompagne de nombreuses associations intervenant dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes, l’éducation et l’accompagnement sur la santé sexuelle, telles que le Planning familial… L’Agglomération participe aussi à la création de logements d’urgence sur l’ensemble du territoire afin d’accueillir les victimes. C’est un travail qui doit se poursuivre sous la vigilance de tous individus et institutions, et la bienveillance de chacun. La société basque l’exige : le 25 novembre dernier, plus de 600 manifestants manifestaient dans les rues de Bayonne contre les violences faites aux femmes et pour « éduquer la société » :

EAJ-PNB appelle à participer à la manifestation organisée ce soir, à St Jean de Luz, à 19h, place Louis XIV.

Légende photo : Sabin Etxea, le siège national d’EAJ-PNB à Bilbao, le 25 Novembre dernier, lors de la Journée internationale contre les violences machistes. Le slogan « Ez, ezetz da », « Non, c’est non ».

PDE-EDP
Manifeste électoral du Parti Démocrate européen